Glossaire des eaux pluviales

Réseaux séparatifs et unitaires

Un réseau unitaire opère une collecte conjointe des eaux usées et de ruissellement jusqu’à la station d’épuration : en temps de pluie, la saturation de ce réseau peut mener à des débordements. Ces débordements vers les milieux aquatiques sont appelés rejets urbains de temps de pluie (RUTP). On y inclut également les by-pass des systèmes épuratoires. Ces déversement résiduels peuvent faire l’objet d’un traitement par des ouvrages décentralisés.

Un réseau séparatif permet le recueil des eaux usées (domestiques) et des eaux de ruissellement dans deux réseaux distincts. Les secondes sont généralement acheminées vers le milieu naturel, bien que dégradées lors de leur passage dans les réseaux de conduite. Il s’agit là du rejet pluvial strict.

Schéma de réseaux séparatifs et unitaires

 

Eaux pluviales, eaux de ruissellement, eaux usées domestiques, rejets urbains par temps de pluie, rejets pluviaux stricts et rejets d’eaux pluviales urbaines

Les eaux pluviales correspondent à l’eau issue des précipitations (y compris neigeuses). Les eaux (pluviales) de ruissellement correspondent à l’eau qui s’écoule à la surface du sol. Selon le contexte, celles-ci peuvent se charger en polluants divers. En milieu construit, elles font généralement l’objet d’une collecte dans les réseaux unitaires ou séparatifs.

Les eaux usées domestiques sont issues de l’utilisation domestique de l’eau (cuisine, lavage, etc.) et sont généralement particulièrement chargées en matière organique. Elles font l’objet d’une collecte dans les réseaux (qu’ils soient séparatifs ou unitaires), ou d’un assainissement non collectif dans les cas où la connexion aux réseaux est impossible. Les eaux usées comprennent les eaux usées domestiques, industrielles, agricoles, et de ruissellement.

Les rejets urbains par temps de pluie correspondent, en réseau unitaire, à un phénomène de débordement du réseau vers les milieux aquatiques lors de la saturation de celui-ci en cas de fortes précipitations. Les rejets pluviaux stricts correspondent, en réseau séparatif, aux eaux pluviales acheminées vers le milieu naturel. Les rejets d’eaux pluviales urbaines désignent à la fois les rejets urbains par temps de pluie (réseau unitaire) et les rejets pluviaux stricts (réseau séparatif).

Déversoir d’orage

Un déversoir d’orage désigne, en réseau unitaire, un ouvrage permettant l’évacuation des eaux du réseau vers un ouvrage de stockage/rétention, ou vers le milieu naturel directement. Cette évacuation est parfois nécessaire en cas de fortes précipitations pour empêcher la surcharge du réseau aval.

Infiltration

L’infiltration désigne la pénétration de l’eau dans le sol. Tous les sols n’ont pas les mêmes capacités d’infiltration.

Quand le taux de précipitation dépasse les taux d’infiltration et d’évapotranspiration, le ruissellement se produit.

Evapotranspiration

L’évapotranspiration est un mécanisme de transfert de l’eau (liquide) vers l'atmosphère (vapeur d’eau). Elle se produit au niveau du sol, et par les végétaux qui transpirent par les stomates (ouvertures foliaires) pour assurer notamment la circulation de leur sève.

Quand le taux de précipitation dépasse les taux d’infiltration et d’évapotranspiration, le ruissellement se produit.

Gestion aval / gestion centralisée

Les ouvrages centralisés sont des ouvrages de stockage/décantation/restitution en ligne ou en dérivation. Ils peuvent être intensifs (procédés compacts) ou extensifs (bassins secs ou en eau). Ces procédés peuvent être végétalisés ou très technologiques.

Gestion à la source / gestion décentralisée

La gestion à la source correspond à des ouvrages partiellement voire complètement déconnectés des réseaux structurants situés au plus près de la genèse du ruissellement. La gestion à la source permet de réduire les flux véhiculés vers l’aval, via les mécanismes d’évapotranspiration, et/ou d’infiltration dans le sol.

Les politiques publiques de gestion des eaux de ruissellement pluvial incitent à la déconnexion des eaux pluviales. Cette incitation peut se faire dans le cadre de projets d’aménagements nouveaux mais également dans le cadre d’opération sur le patrimoine (ex : parkings, toitures, …) ou pour éviter à avoir à gérer des flux (hydriques et polluants) importants à l’aval des réseaux afin de lutter contre les inondations et les atteintes à l’environnement. La gestion à la source permet de plus de réduire le patrimoine associé au réseau de collecte et de traitement et sa gestion.

Déconnexion des eaux pluviales

La déconnexion des eaux pluviales revient à infiltrer, évapotranspirer, ou stocker pour rejeter à débit régulé vers le milieu naturel les eaux pluviales (voir : gestion à la source), au lieu de les acheminer dans les réseaux. Cette déconnexion a pour but de soulager les réseaux, et de limiter les dysfonctionnements des stations d’épuration lors des événements pluvieux.

Besoin de gestion des eaux pluviales urbaines
Besoin de gestion des eaux pluviales urbaines

 

Filtre planté de roseaux

Les filtres plantés de roseaux (FPR) peuvent être appliqués au traitement des matières de vidange, à l’assainissement non collectif, au traitement des micropolluants, d’effluents spécifiques, et des eaux pluviales urbaines, selon un principe de fonctionnement similaire mais avec un dimensionnement variable. Il en existe deux formes, selon que l’écoulement est vertical ou horizontal. Les FPR à écoulement vertical (FPRv), moins sensibles aux variations de charges hydrauliques et au colmatage, disposent en outre d’une capacité de stockage.

L’espèce de couverture des FPR (Phragmites australis), requiert de grandes quantités d’eaux tout au long de son développement.

Les FPR sont généralement associés à d’autres ouvrages, qu’il s’agisse de prétraitement (un bassin de décantation en amont du filtre), ou de traitement tertiaire (une zone humide par exemple) en aval. Le traitement de l’ensemble peut être paysager, ouvert et intégré dans un espace public par exemple, ou fermé dans une visée strictement épuratoire, en fonction de la configuration, du contexte réglementaire ou de la volonté du maître d’ouvrage.

Filtre planté de roseaux à écoulement vertical
Filtre planté de roseaux à écoulement vertical

 

 Filtre planté de roseaux à écoulement horizontal
 Filtre planté de roseaux à écoulement horizontal

 

Types de rejet
Types de rejet

 

Valoriser vos ouvrages
de gestion d'eaux pluviales

Vous êtes une collectivité, un gestionnaire ou un concepteur
et vous disposez d’exemples d’actions pour gérer les rejets d'eaux pluviales utilisant des filtres plantés ?
Contactez-nous ou télécharger le formulaire vous permettant d'inscrire votre ouvrage de gestion d'eaux pluviales.
 

   Inscrivez votre projet    Contactez-nous